le 8 assure

Accueil » escalade » Comment choisir ses chaussons d’escalade ? Merci TL2B.

Comment choisir ses chaussons d’escalade ? Merci TL2B.

SAE du Centre Sportif Jacqueline Auriol

lundi : 12h-14h / 20h-22h
mardi : 18h-22h
mercredi : 13h-20h
jeudi : 12h-14 / 20h-22h
vendredi : 12h-14h / 18h-22h
samedi : 10h-14h / 18h/22h

Butora

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 867 autres abonnés

Patagonia

Un très bon article pour choisir des chaussons d’escalade

Acheter une paire de chaussons est très parfois très difficile. D’un côté il y a vos pieds qui réclament le confort habituel auquel ils ont eut le droit jusqu’ici, de l’autre les amis ou vendeur qui vous pressent d’essayer un modèle plusieurs pointures en dessous de votre taille de baskets préférées !

A la TL²B, on a décidé de vous accompagner (progressivement) dans vos achats de matos d’escalade, rando, loisirs… Il faut dire que Greg, son fondateur, fut longtemps conseiller technique pour des marques emblématiques du milieu de l’escalade (5.10, Béal, camp, Cassin, Prana, EB…) vendeur et responsable des achats de matos dans des enseignes parisiennes (Passe Montagne et Citadium). Outre des tests de matériels, nous publierons sur ce site nos articles sur le matériel. Pourquoi ici ? Parce que nous souhaitons que nos autres portail restent résolument tournés vers les sites naturels et non commerciales. Commençons par les chaussons, outil vraiment indispensable !




Bien choisir ses chaussons d’escalade
ou comment éviter de faire un mauvais achat ?

Commençons par révéler ce qui n’est pas un secret : si les mauvais chaussons ont presque disparus marché, un très bon chausson ne vous fera pas forcément mieux grimper  (Sinon, pensez bien qu’on aurait tous le même modèle !) Vous le savez, il est inutile de prendre une formule 1 pour conduire dans Paris. Avec les chaussons, c’est pareille ! Un chausson efficace c’est avant tout un chausson qui correspond à votre besoin, c’est à dire à une savante alchimie entre votre niveau, votre morphologie du pied, vos objectifs…Un chausson peut tout faire ou presque (dalle, dévers, bloc, voie, grande voie, intérieur, extérieur…). Il sera juste plus ou moins efficace, s’usera plus ou moins vite, nécessitera plus ou moins d’efforts du grimpeurs… Après, pour reprendre l’image de la voiture, il y a des grimpeurs (et même des très forts) qui prennent des 4X4 pour faire des courses de vitesse… Bref, avec un peu d’expérience, on peut tout faire avec un chausson. Faut juste en connaître les limites.

Ensuite, avec les années et l’inévitable augmentation de votre niveau, vous aurez certainement acquis une petite collection de chaussons aussi hétéroclite qu’adaptée à toutes les situations de grimpe.

A Bleau, il y a deux écoles pour le choix des chaussons.
L’une est partisane des chaussons rigides, l’autre des souples.
En effet, un chausson rigide soulage la force transmise aux bras mais nécessite une pose de pied précisequi est d’autant plus difficile que le chausson transmet peu de sensation de ce que l’on a sous le pied. A l’inverse, un chausson souple offre de grandes sensations, peut se poser à plat n’importe où mais nécessitera que le grimpeur compense physiquement.
Pour la découverte du sport j’ai tendance à préconiser un chausson souple (une ou deux séances) mais pour l’apprentissage le chausson rigide est, il me semble, plus adapté. En effet, mieux vaut galérer un peu au début dans l’apprentissage de la pose de pied sans trop tirer sur les bras que se muscler rapidement sans avoir appris à utiliser les pieds… Enfin, c’est mon avis.Qu’est-ce qui caractérise un chausson ?

1° La matière

En gros il en existe 2 types : matières synthétiques ou cuir. La réglementation impose l’étiquetage (à base de pictogramme) pour que vous puissiez les comparer mais ce n’est pas toujours facile à trouver en magasin… Pourquoi ces 2 matières ?

Les cuirs se détendent plus ou moins facilement (suivant la nature et l’épaisseur du cuir, la présence d’une doublure mais aussi des contraintes que vous leur imposerez). Cela signifie que plus vous prenez le chausson serré, plus il va se détendre pour s’ajuster au pied. En attendant, la période d’inconfort sera plus ou moins longue (5 à 10 séances) et variable suivant les modèles.
Les synthétiques ne se détendent pas (ou si peu) mais s’assouplissent. Les chaussons sont donc à choisir à la bonne taille tout de suite car ils ne bougeront que très peu… Il convient de les essayer longuement en magasin car même s’ils vont un peu « se faire » au pied, certaines zones de frottements (coutures…) risque de devenir insupportables même si votre pied aura tendance à se renforcer avec un peu en corne à ces endroits.

2° Le type de fermeture et serrage du pied

Il existe 3 types de fermeture :

a- à élastiques : les ballerines : 

Une ballerine est un chausson en général très souple, proche du pied et qui ne tient que par compression et un élastique sur le coup de pied. Les grimpeurs les prennent donc souvent très serrées pour compenser la détente dans le temps. Du coup, certaines deviennent très difficile à enfiler et les grimpeurs ont parfois recourt à un drôle de stratagème : le sac plastique ! Celui-ci, par sa finesse, sert de chausse pied. Parmi les inconvénients des ballerines, il faut noter leur furieuse tendance à déchausser du talon lors des crochetages. Dans les années 80, les célèbres Ninja de la marque espagnole Boréal étaient utilisées par les plus forts grimpeurs qui, pour réaliser les crochetages de talon, strappaient carrément la chaussure à leur pied !
b- à velcros :
Pour compenser l’inconvénient des ballerines traditionnelles, certains fabricants ont eut la bonne idée d’agrandir l’ouverture sur le coup de pied et de remplacer l’élastique par un, deux ou trois velcros ! Du coup, on obtient un chausson facile et rapide à enfiler ou enlever et précis si le pied remplit bien le volume général du chausson. La qualité du serrage et fragilité des scratchs peuvent varier suivant les modèles de chaussons… Certaines boucles peuvent aussi devenir traumatisantes dans certains crochetages.
c- à lacets :
C’est sans doute le must au niveau de l’ajustement à votre pied… C’est d’ailleurs souvent la seule alternative pour les personnes aux pieds fins ! Revers de la médaille, ces chaussons sont plus long à enfiler/enlever mais c’est une valeur sûr !
3° La forme du pied et des chaussons 

Le pied Égyptien représente environ 23% de la population,
le pied Grec 50%, et le pied Carré 27%.
source : http://orthopedie.forums-actifs.net/t10-qu-est-ce-qu-un-pied-egyptien-un-pied-grec-et-un-pied-carre

a- Symétrique 
On conseille en général ce type de chausson de forme assez neutre avec une semelle plutôt plate et une pointe plutôt centrale (très faible asymétrie), aux débutants et à celles et ceux qui cherchent le confort. En général, le talon est juste maintenu et certains modèle sont renforcés en rigidité pour permettre un usage en grande voie et en montagne sans trop fatiguer orteil et voûte plantaire.

b- Asymétrique
Apparu à la fin des années 80, les chaussons asymétriques se caractérisent par une pointe axée sur le pouce (donc décentrée). Cet orteil étant le plus fort, cela concentre sa technicité sur une pointe plus fine. Lorsque cette  pointe est combiné avec un enrobage du talon pas trop agressif (c’est à dire qui ne pousse pas trop les orteils vers l’avant) et une faible cambrure du modèle, on obtient un chausson dit « intermédiaire ». En général dans les 60€ à 100€ (le prix standard étant inférieur ou égal à 75€), ces chaussons polyvalent et précis conviennent aussi bien à la réalisation de performance qu’à l’entraînement.

c- asymétrique et cambrée
C’est dans cette forme de chausson que se trouvent les formules 1 de l’escalade, des petits bijoux de technologie qui se payent au prix fort (100 à 150 €) sans être polyvalents ou robustes pour autant ! Outre un inconfort certain, on trouve dans cette catégorie de chaussons pour grimpeurs de haut niveau des modèles très radicaux.

Comment choisir ?

Prenez le temps d’essayer. Les chaussons comptent parmi les pièces maîtresse de l’équipement du grimpeur. C’est un outil personnel qui doit être le plus adapté à votre besoin sans trop vous traumatiser ! Il faut donc prévoir du temps pour tester de nombreuses paires, plutôt en fin de journée quand le pied est déjà bien gonflé et sensible…

Plus vous en testez plus vous avez de chance de tomber sur le bon.  Il faut donc parfois multiplier les magasins pour varier l’offre… Enfin, un bon magasin doit vous permettre d’essayer les chausson sur un bout de mur ! Si vous avez la chance de pouvoir tester les chaussons d’autres personnes, pensez juste qu’ils se sont aussi déformés à leurs pieds.

Vous devez choisir votre chausson en fonction de votre niveau, des sites de pratique et de votre objectif (entrainement, progression, loisir, mur, grandes voies…).

Inutile de s’exploser les pieds pour débuter mais ne prenez pas trop grand non plus sous prétexte de rester confortable. Bref, faut concilier technicité (le minimum c’est que vos orteils touchent le fond du chausson), confort, budget et plaisir ! 

S’il n’y a pas ou peu de « mauvais » chaussons, un chausson d’entrée de gamme reste moins performant qu’ haut de gamme. Mais pour débuter, la formule qui peut le plus peut le moins n’a aucun intérêt. A l’inverse, certains pros grimpent avec des chaussons dits « intermédiaires » notamment lors de leurs entraînements en salle.

En effet, un chausson s’use assez vite sur certains supports abrasifs. Si un fort grimpeur n’arrive qu’à user une petite partie de la semelle, un débutant a tendance à racler le mur de ses pointes de pied et à grimper en carre à l’excès. Conséquence : la première paire peut s’user en quelques mois (suivant le nombre de séances hebdomadaires) et ne sera généralement pas ressemelable. Inutile donc de mettre des milles et des cents dans la première paires, 40 à 70 € suffisent !

Les erreurs classiques à éviter…

Premier achat : des chaussons trop grands évidemment !

Un chausson doit être ajusté au pied ! Il ne doit pas y avoir de vide dans la pointe. Les orteils peuvent certes être à plat mais ils ne doivent pas pouvoir se mettre en éventail… Il y a le choix de la pointure mais aussi de la forme qui joue en fonction de la morphologie du pied… En se fixant sur un modèle avec une forme mal adaptée on monte naturellement en taille pour ne pas avoir mal… Le pied n’est alors plus correctement tenu en pointe/talon avec grosse perte de précision à la clé.

Deuxième achat : trop petit évidemment !

Si on a fait la première erreur, en général, pour le deuxième achat, on fait un excès de zèle ! Et vice versa !!! Dans le cas d’un chausson en cuir, cela peut encore s’arranger mais c’est rédhibitoire avec les synthétiques. Il y a aussi ces petites coutures à l’intérieur, cette boucle agressive, … qui peuvent devenir extrêmement traumatisantes !

Enfin, il y a les erreurs qui auraient du être évitées avec un simple contrôle final. Comme vous avez essayé plein de paires en saoulant bien le vendeur, vous avez remballé un peu vite et pris 2 pieds gauches ou des chaussons de pointures différentes !

On voit là l’importance de l’essayage et des 2 pieds SVP !

Un chausson est correctement ajusté quand :
– il est correctement serré,
– ne présente aucun vide significatif entre le pied et le chausson (à part éventuellement dans le talon mais qu’il tient bien).
– votre pied est légèrement comprimé mais ne subit aucun point de pression douloureux.
– les orteils sont légèrement recroquevillés.
Choisir sa pointure :

En partant de votre pointure habituelle, vous allez descendre plus ou moins. Première difficulté trouver la taille du chausson qui est parfois exprimé en pointure européenne mais aussi anglaise ou américaine.

Ensuite, vous allez voir, un 40 chez l’un, ne fait pas un 40 chez l’autre !

A gauche, le chausson n’épouse pas parfaitement le pied (vide au talon notamment)
Source site A Boldrini

Demandez conseil au vendeur sur les correspondances de tailles approximatives par marque. Ainsi, chez les italiens (La Sportiva ou Scarpa par exemple) un 38 chausson est plus grand qu’un 38 ville ! Vous allez commencer par tester du plus grand au plus petit pour éviter de vous faire trop mal aux pieds inutilement. En effet, Il est important de préserver son pied car les douleurs pourraient altérer votre jugement sur l’essai d’autres modèles. Une fois le chausson enfilé et correctement lacé, marchez. Le talon décolle, le pied glisse à l’intérieur… ? C’est encore un peu grand ou large.
Faites un maximum de tests : adhérence, poussée sur un seul pied en le chargeant au maximum, passage en carre interne et externe, utilisation de trou (y compris ceux des vis !), crochetage si possible… A défaut d’un mur d’escalade, pan… ou d’une planche avec prises (si possible petites), un plinthe ou une jointure entre 2 briques peut servir à tester les sensations en pointe.

Un chausson d’escalade reste toutefois un chausson. Il peut y avoir de légers frottements qui pourraient éventuellement donner lieu à des ampoules voir à la formation de cales… mais certainement pas de douleur aiguë.

Le choix de la pointure est assez difficile sur les modèles en cuir car on ne connait pas à l’avance la détente du produit. Si on prend juste, le risque est de se retrouver avec un chausson qui devient trop grand, si on prend trop petit, il restera douloureux et parfois impossible « à faire ».

Par expérience, je dirai que plus on descend (dans la limite du raisonnable) plus le chausson en cuir aura tendance à se détendre avec le risque de le voir considérablement déborder et perdre sa forme. Les chaussons sont aussi plus faciles « à faire » quand on a le pied large, qu’on est lourd, qu’on transpire des pieds et qu’on fait du bloc à Bleau ! En été, en chutant de 3 m avec un chausson un pu serré, je vous garantie qu’il va très vite s’agrandir !

Voilà. N’hésitez pas à compléter de vos commentaires !

Question marques 

Il existe de nombreux fabricants spécialisés de chaussons d’escalade, dont la qualité des produits est généralement reconnue. Leur gamme de prix varie généralement de 45€ à 120€ la paire de chaussons… En France, on peut trouver sans trop de difficultés les marques suivantes (par ordre alphabétique):•Andrea Boldrini (France)

Boreal (Espagne)
EB, France créateur du premier chausson d’escalade
Five Ten (ou 5.10, USA)
La Sportiva (Italie)
Mad Rock (USA)
Millet (France)
Scarpa (Italie)
•Etc…A cela s’ajoutent des sociétés réalisant des produits peu chers, mais de qualité nettement inférieure. Les gammes de prix de ces marques sont très compétitifs (à partir de 20€), mais la qualité, la durabilité, et surtout le confort (dont vous savez désormais qu’il doit être déterminant tant les chaussons doivent être serrés) sont parfois approximatifs:
Garra
6a
•Etc…
•Décathlon, avec sa gamme Simond
•Intersport, avec sa gamme Mc Kinley

Publicités

5 commentaires

  1. Greg dit :

    Bonjour,
    tout d’abord merci pour le partage de mon article et le commentaire en intro.
    S’agissant d’une reproduction non commerciale (que j’autorise volontiers surtout quand la source est citée), je ne dis trop rien. Par contre, l’inconvénient, c’est que vos lecteurs n’auront pas forcément les corrections et mises à jour… Ainsi, j’ai fait une petite erreur qui s’est répercutée ici (dans la légende des pieds c’est bien Égyptien qui est à 50 %)…
    Enfin, vous trouverez sur les autres portails d’informations que je dirige d’autres articles de fond très intéressant notamment sur la parade, la fabrication d’un pof et son utlisation…
    C’est à lire sur http://tl2bleau.blogspot.fr pour ce qui concerne l’Ile-de-France, http://latribunelibredebleau.blogspot.fr pour ce qui concerne les news en France et à l’étranger et http://tl2bplus.blogspot.fr pour ce qui concerne les textes plus juridiques et complexes dont cette histoire de procès d’un grimpeur versus son pareur !

    • le 8 assure dit :

      Bonjour Grégoire,
      Merci pour cet mise au point / à jour. Maintenant ils sauront ou chercher ses infos.
      Je modifierai pour les pieds égyptiens, d’ailleurs sur le dessin il est bien noté 50% pour les égyptiens.
      Je cite toujours mes sources, ou du moins je souhaites toujours le faire même si parfois dans le feu de l’action je peux oublier ! J’avais bien noté les autres articles, en particulier sur la parade, la magnésie et l’érosion des blocs; je vais attendre un peu pour les publier.
      Et donc, entre …merci pour le partage… et …je ne dis trop rien…, je ne sais pas si finalement j’ai eu une bonne idée ou pas !
      Enfin bravo pour de très bons articles en général.
      Et peut-être un jour à Bleau ou ailleurs.
      Matthieu

      • Greg dit :

        Bonjour Matthieu,
        merci à toi et, oui, bien entendu tu peux poursuivre le partage…
        Au plaisir à Bleau, voir, si j’en ai la force un de ses 4, je passerai vous faire un petit coucou au club.
        Tiens, au passage, je rajoute un lien vers ce site sur la TL²Bleau (colonne de gauche dans la rubrique escalade, en bas…)
        Si vous voulez faire de même… 😉
        Bleau ardemment !
        Greg

      • le 8 assure dit :

        Super idée, merci je fais la même chose. Attention je suis rarement à l’adresse du siège !
        À bientôt.
        Matthieu

  2. Gregfbi dit :

    Bonjour les amis du 8 ! Comme on fait le ménage sur le site internet de la Tribune libre de Bleau et Cie, je profite de l’occasion pour rappeler la nouvelle adresse du nouveau site http://www.tl2b.com !
    Bonne grimpe et bonne rentrée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :